Sorrom Borrom ou le rêve du Gave

Lecture et soirée poèsie avec  l’auteur Sergi Javaloyès et Paul Mirat

Endavant !

« A très pas, la bastida que malauteja, orfanima
d’esplendor d’antan, la sang d’un pòble abaishat.
Nai qu’a perdut sons fièrs obrèrs, sa memòria. Mau qu’aleda
Qué s’ei hèit l’usina Berchon on Mamà tribalhava ?

Nins de lin, hius de lan, paraulas de tribalhadors
sofrenças sepelidas dens la tèrra bausa deu malur ;
sus las vielhas parets afichas esquiçadas, l’escopit deu desgots au sòu.

A còps un arríder d’un mainatge.

Se’t pausas ací, uèra donc lo noste blanc Gavisòs, noste mèste
entertant qui hès cara d’òste au montanhòu Osom qui t’arriba de cap. »

En avant !

« A trois enpans, la bastide en souffrance, orpheline
de  sa splendeur d’antan, du sang d’un peuple humilié.
Nay a perdu ses fiers ouvriers, sa mémoire. Elle a du mal à respirer.
Qu’est devenu l’usine berchon où travaillait Maman ?

Enfant de lin, fils de laine, paroles de travailleurs,
souffrances enterrées dans la terre blême du malheur ;
sur les vieux murs, des affiches déchirées, le crachat du dégoût au sol.

Parfois un sourire d’enfant.

Si tu t’arrêtes ici, regarde donc notre blanc Gabizos, notre guide
alors que tu accueilles, souriant, l’Ouzom, le montagnard qui vient vers toi. »